Irak: la prise de Mossoul peut durer des semaines (coalition internationale)

Les forces militaires irakiennes se rassemblent sur la base militaire de Qayyarah à 60 kilometres de Mosoul le 16 octobre 2016-AFP  AHMAD AL-RUBAYE

Irak: l'opération pour reprendre Mossoul a commencé

Vendredi, M. Erdogan avait menacé de recourir à un plan B si l'armée turque n'était pas associée à cette offensive, sans toutefois donner de précisions sur les mesures éventuellement envisagées.

Cette coalition mène principalement des frappes aériennes et fournit entraînement, armes et équipements aux forces locales.

La coalition se compose de l'armée irakienne, de combattants kurdes et de milices chiites qui seront appuyés par l'aviation occidentale. La ville a donc une importance symbolique, puisque c'est d'elle que furent notamment chassés de nombreux chrétiens, mais aussi stratégique, car il s'agit de la deuxième ville d'Irak et du plus gros bastion de l'EI.

Dans son premier communiqué sur les opérations de Mossoul, l'armée irakienne a annoncé la destruction de plusieurs lignes de défense des djihadistes. Mais ce ne sont que les prémices de la bataille qui s'est engagée pour déloger le groupe Etat islamique de la deuxième ville d'Irak. "Ils sont les seuls qui vont entrer dans la ville de Mossoul pour la libérer", indique Haider Al-Abadi, le premier ministre irakien.

Un baril à 60 dollars envisageable — Pétrole
Le pays avait même annoncé une production record en septembre pour la période post-soviétique de 11 millions de barils par jour. Le baril de "light sweet crude" (WTI) montait lui à 51,46 dollars, à son plus haut niveau depuis juin.

S'adressant aux habitants de la région de Mossoul, il a lancé: "Je déclare aujourd'hui le début de ces opérations victorieuses pour vous libérer de la violence et du terrorisme de Daesh", acronyme arabe de l'Etat islamique (EI).

Le ministre américain de la Défense, cité par Le Figaro, Ashton Carter s'est dit confiant dans la victoire de la coalition. "Les civils, depuis l'installation par les Américains d'un pouvoir central dominé par les Chiites, avaient vu d'un œil favorable ces combattants sunnites, las du traitement que leur réservait le gouvernement", note le Général Dominique Trinquand. Petit à petit ils ont repris le contrôle de plusieurs villes alentour. Dans la nuit, la coalition a pris position autour de la ville. Tout d'abord plusieurs cadres dirigeants de l' " Etat islamique " ont été tués par des bombardements ciblés au cours des derniers mois et d'autres ont fui avec leurs familles vers Raqqa en Syrie.

Ce qui suscite l'inquiétude de l'ONU. Avec 1,5 millions de civils au cœur de la bataille, "nous allons littéralement vers la plus grande opération humanitaire dans le monde en 2016" redoute l'ONU.

Vladimir Poutine en déplacement en Inde a émis les mêmes inquiétudes selon Le Figaro. "La Turquie a depuis longtemps sous-estimé les possibilités de l'administration irakienne, la considérant comme faible et incapable de contrôler la situation dans le pays et de défendre sa propre légitimité", affirme M. Yılmaz. Très tôt dans la matinée, des colonnes de véhicules blindés de l'armée irakienne transportant des soldats, qui étaient basés à quelques dizaines de kilomètres de Mossoul, sont parties vers les lignes de front de la seconde ville irakienne.

Sur France Culture, Anne Pingeot revient sur sa vie avec François Mitterrand