Washington et Séoul préparent une résolution contre Pyongyang — Essai nucléaire

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon fait une déclaration au siège de l'organisation le 9 septembre 2016 à New York- Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon fait une déclaration au siège de l'organisation le 9 septembre 2016 à Ne

Washington et Séoul préparent une résolution contre Pyongyang — Essai nucléaire

A l'heure où d'autres nations asiatiques hier encore parias internationaux redécouvrent avec profit les avantages de la mondialisation et de la respectabilité retrouvée (cf. Birmanie post-junte), on ne peut qu'inviter l'imprédictible régime nord-coréen à mesurer les conséquences de ses derniers errements, à réfléchir sur l'opportunité de poursuivre dans cette voie dangereuse, et à se montrer plus éclairé dans la définition de ses prochains rendez-vous avec le monde extérieur, avec Séoul en tout premier lieu.

La Corée du Nord a défié ce samedi les Etats-Unis en affirmant qu'elle ne plierait pas devant le "chantage" américain, alors que le Conseil de sécurité de l'ONU va préparer de nouvelles sanctions en réaction au nouvel essai nucléaire effectué par le régime.

Autant d'éléments qui ont amené de nombreux experts à réévaluer nettement le niveau de la menace nucléaire nord-coréenne. "Nous pensons qu'il est possible que ce séisme se soit produit parce que la Corée du Nord a mené un essai nucléaire", a-t-il déclaré.

Les Nord-Coréens justement, a assuré KCNA, sont unis derrière leur dirigeant Kim Jong-Un. Le ministère sud-coréen de la Défense n'était pas en mesure de confirmer cette information dans l'immédiat.

Le diplomate japonais chargé des questions nord-coréennes, Kenji Kanasugi, a indiqué pour sa part que Washington et Tokyo coordonneraient leur réponse avec Séoul.

Habitués depuis tant de décennies à vivre au jour le jour les provocations nord-coréennes, les habitants de la capitale sud-coréenne ne montraient aucun signe de nervosité, au lendemain de cet essai nucléaire. C'est une source militaire qui l'a rapporté à l'agence de presse Yonhap, qui a des liens étroits avec le gouvernement de Corée du Sud.

Ne rien faire contre le burkini serait acter un nouveau recul
Le président du MoDem a "un plan B comme Bayrou" et affirme que si Sarkozy remporte la primaire de droite et du centre, il prendra ses "responsabilités".

Revenant sur l'entretien, vendredi, de Mme Park avec M. Obama, M. Kim a ajouté que Washington avait promis de défendre Séoul avec "tous les moyens disponibles", ceux-ci incluant l'arsenal nucléaire et conventionnel.

"Nous déploierons nos forces d'attaque dotées de missiles guidés de précision et de forces spéciales d'élite", a déclaré vendredi un haut responsable de l'état-major interarmées, Leem Ho-Young.

"Les réussites miraculeuses" du programme nucléaire nord-coréen signifient que le Nord a "entre ses griffes" les bases américaines de l'Asie-Pacifique mais aussi le continent américain, s'est félicité ce lundi le journal du parti unique au pouvoir, Rodong Sinmun. Les États-Unis envisagent même de prendre leur propre sanction en plus de celle décidée par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Les Etats-Unis ont dit vouloir travailler avec leurs alliés pour imposer de nouvelles sanctions et ont appelé la Chine à utiliser son influence, en tant que principale alliée de la Corée du Nord, pour faire pression de façon à ce que le régime communiste mette fin à son programme nucléaire.

La communauté internationale cherche notamment à convaincre la Chine d'intervenir auprès de la Corée du Nord pour l'enjoindre de respecter l'interdiction qui lui est faite de développer des programmes nucléaire et balistique.

Mais l'ambassadeur chinois Liu Jieyi s'est montré très prudent vendredi, estimant qu'il fallait "s'abstenir de toute provocation des deux côtés".

La direction persiste — Alstom