Ubisoft gagne une bataille contre Vivendi mais la guerre continue

Le studio montréalais d’Ubisoft

Le studio montréalais d’Ubisoft

A la suite du renouvellement et des nominations d'administrateurs, le Conseil d'administration compte désormais 10 membres, dont cinq administrateurs indépendants et quatre femmes. Alors que la prolongation du mandat de Guillemot a été actée (65 % pour 8,9 % contre et 25 % d'abstention), le PDG fraîchement réélu a encore évoqué la future console de Nintendo en précisant que le groupe nippon allait "revenir dans la course avec la NX ".

Contrairement à ses récentes déclarations, Vivendi n'a pas déposé de résolutions pour obtenir des sièges au conseil d'administration d'Ubisoft lors de son assemblée générale jeudi, jouant l'apaisement face à l'hostilité de la famille Guillemot qui repousse depuis près d'un an les avances du géant des médias et des télécoms en faveur d'un rapprochement.

La situation actuelle où Vivendi n'a aucun pouvoir d'influence sur la stratégie d'une société dans il est le premier actionnaire apparaît toutefois difficilement tenable dans la durée, a ajouté la même source.

Ni question, ni résolution, Vivendi a finalement choisi de faire profil bas, actant probablement son incapacité à faire basculer dans son camp les autres actionnaires de l'éditeur.

Pour sécuriser la position de la famille, lors de l'assemblée générale, Ubisoft a proposé les candidatures de deux administratrices indépendantes, Frédérique Dame, issue d'Uber et Florence Naviner, directrice financière du producteur de confiserie américain Wrigley.

José Manuel Barroso à Goldman Sachs : il devra s'expliquer
Il juge "sans fondements et complètement imméritées" les critiques et interrogations sur son intégrité. Ayant été remplacé en novembre 2014 par Jean-Claude Juncker à la tête de l'exécutif européen, M.

Dénonçant une tentative de prise de contrôle rampante, ils craignent un scénario à la Vivendi où le milliardaire s'est imposé en maître des lieux avec 15% du capital.

Quelque 400 personnes ont fait le déplacement ce jeudi pour une assemblée générale, qui attire d'habitude plutôt 80 personnes. Une semaine plus tard, Vivendi déclarait à l'AMF que "cet investissement participe d'une vision stratégique de convergence opérationnelle entre Vivendi et Ubisoft". Vincent Bolloré excelle dans l'exercice à l'image du putsch réussi contre la direction d'Havas en 2005.

"S'il veut vraiment prendre le contrôle d'Ubisoft, Vivendi devra offrir une belle prime".

Certains de ses jeux ont connu un succès public important, notamment le jeu de calcul 2048, mais aussi Stack, où l'objectif consiste à construire la plus haute tour possible, ou encore ZigZag, où le joueur doit conduire une bille sur un chemin.

Du côté du groupe de médias, on laisse entendre que ce n'est pas forcément un dossier urgent, à l'heure où Vivendi est déjà lancé dans un autre bras de fer sur son projet d'alliance avec Mediaset.

Turquie. Partout dans le monde, l'empire Gülen est sous pression