La fille d'une suspecte du commando de femmes relâchée — Jihadiste

Fichée S, la jeune femme, habitante de Chalette-sur-Loing, mère de trois enfants, était "connue des services pour ses velléités de départ pour la Syrie ".

Les trois femmes avaient été interpellées, dans la soirée du jeudi 8 septembre, dans l'Essonne après la découverte quelques jours plus tôt, en plein coeur de Paris, d'une voiture chargée de bonbonnes de gaz. Lors de leur interpellation, Ines M.et Sarah H. ont attaqué au couteau deux policiers de la DGSI. Selon le procureur, la voiture appartenant au père de l'une des femmes interpellées, devait servir à commettre un attentat.

La voiture piégée remplie de bonbonnes de gaz découverte près de Notre-Dame visait la Tour Eiffel.

Il n'y avait pas de dispositif de mise à feu, mais l'incendie, s'il avait pris, "aurait suffi à entraîner à lui seul la destruction de l'ensemble du véhicule", a observé M. Molins. L'enquête a été saisie par la section antiterroriste du parquet de Paris. Les enquêteurs cherchent à savoir si une troisième femme était présente: Sarah H., 23 ans, qui semble au cœur de connexions multiples avec d'autres jihadistes français.

Washington et Séoul préparent une résolution contre Pyongyang — Essai nucléaire
Les États-Unis envisagent même de prendre leur propre sanction en plus de celle décidée par le Conseil de sécurité de l'ONU. Le ministère sud-coréen de la Défense n'était pas en mesure de confirmer cette information dans l'immédiat.

L'enquête s'accélère. En suivant la piste d'Inès Madani, la police remonte jusqu'au domicile d'Amel S., 39 ans, à Boussy-Saint-Antoine (Essone). Un message d'alerte sur un risque d'attentat dans les gares parisiennes et en Essonne avait d'ailleurs été envoyé dans la journée aux policiers. Selon des sources proches de l'enquête, elles auraient évoqué plusieurs cibles: des gares de Paris et sa banlieue, mais aussi des policiers. Le parquet de Paris ouvre une seconde enquête concernant cette nouvelle menace. Inès Madani se jette sur un second fonctionnaire, elle aussi couteau à la main, mais le policier tire et la blesse. Le trio allait passer à l'acte. Sept bouteilles en verre vides et "ce qui pourrait s'apparenter à des mèches artisanales en papier", selon le procureur de Paris, François Molins, ont été retrouvées dans l'appartement d'Amel S. à Boussy-Saint-Antoine au sud-est de Paris. (23 ans) - au sud-est de Paris. Sa mère, qui vit à Cogolin, "avait fait appel à moi l'année dernière, en criant au secours", a raconté le maire de cette ville du Var Marc-Etienne Lansade (FN).

Sarah H., qui vit dans le Var, était ainsi "l'ancienne promise" de Larossi Abballa, qui a tué un policier et sa compagne le 13 juin à Magnanville (Yvelines), puis d'Adel Kermiche, l'un des deux auteurs de l'attaque du 26 juillet dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime). Sarah Frédérique Thérèse H. Les trois femmes se sont rencontrées sur la messagerie cryptée Télégram. Le commando entendait "clairement (...) commettre un attentat ", avait déclaré, vendredi, le procureur de Paris, François Molins.

Les enquêteurs estiment que le commando a été "téléguidé" par des jihadistes de l'EI depuis la Syrie et tentent notamment d'éclaircir le rôle qu'a pu jouer Rachid Kassim.

Ce dernier, qui a quitté la France -il est originaire de Roanne- pour l'Égypte en 2012 avant d'arriver en zone irako-syrienne, est un propagandiste très actif de l'EI.

Mesut Ozil And Alexis Sanchez To Be Handed New Arsenal Contracts