Un mort et plusieurs blessés dans un attaque au couteau — Londres

Le Commissaire adjoint de la police métropolitaine, Mark Rowley, a déclaré que l'enquête démontre "de plus en plus que cet incident tragique a été provoqué par des problèmes de santé mentale". "Nous continuons de concentrer notre enquête sur la santé mentale (du suspect) tout en gardant un esprit ouvert concernant le mobile", ajoutait-elle, prudente.

Cinq autres personnes ont été blessées: elles sont de nationalités australienne, américaine, israélienne et britannique. Selon la police, trois des blessés ont pu sortir de l'hôpital dans le cours de la matinée tandis que les deux autres sont toujours hospitalisés. Mais Mark Rowley a précisé que les pronostics vitaux des cinq blessés n'étaient pas engagés.

Un cordon de sécurité continuait de délimiter les lieux de l'agression violente.

"J'étais en train d'acheter une bière quand j'ai entendu une femme crier qui courait après un homme". Pas plus tard que dimanche dernier, le chef de la police de Londres, Sir Bernard Hogan-Howe, avait mis en garde contre l'éventualité d'une attaque terroriste au Royaume-Uni. Cela signifie qu'une attaque est fortement probable, " avait-il expliqué avant d'ajouter: " Je sais que vous aimeriez que je vous rassure. Mais je crains de ne pouvoir le faire entièrement. Il va le rester. "Je suis ressorti fumer une cigarette, je suis retourné voir, il y avait les pompiers, la police et ensuite j'ai vu le corps sous un drap, on ne voyait que les pieds qui dépassaient", a-t-il ajouté.

Pour rappel, le niveau de menace terroriste est placé à 4 sur une échelle de 5 dans tout le Royaume-Uni.

Six personnes ont été blessées à l'arme blanche dans l'attaque, dont l'une est décédée après avoir reçu les premiers soins.

Retour sur une journée noire — Attentats de Bruxelles
Un explosion retentit dans une rame à la station de métro Maelbeek, non loin des institutions européennes. De nombreux gouvernements européens tiennent des réunions d'urgence et offrent leur aide à la Belgique .

En décembre, à la suite des attentats de Paris et Saint-Denis du mois précédent, la police de Londres avait annoncé qu'elle allait armer 600 policiers supplémentaires, portant le chiffre de policiers armés à 2.800 dans la capitale britannique.

Certains d'entre eux ont d'ailleurs commencé à être déployés mercredi.

Dans un communiqué, le maire travailliste de Londres, Sadiq Khan, a lancé jeudi matin un appel au calme et à la vigilance.

Cette tentative de décapitation avait été inspirée par l'attaque mortelle perpétrée en 2013 contre un soldat, Lee Rigby, dernière attaque terroriste meurtrière au Royaume-Uni.

Le 7 juillet 2005 Londres avait été frappé par plusieurs attentats suicides commis par des combattants islamistes dans le métro et dans un bus, tuant 52 personnes. Ces attaques avaient été revendiquées par un groupe se réclamant d'Al-Qaïda.

Les Bleues rivalisent, mais cèdent contre les Etats-Unis