Japon : l'empéreur évoque son abdication dans un discours tétévisé

L'empereur japonais Akihito à Tokyo le 1er août 2016-		AFP  Archives

L'empereur japonais Akihito à Tokyo le 1er août 2016- AFP Archives

Il a ainsi suggéré qu'il attendait une modification des lois qui l'obligent à rester empereur jusqu'à la fin de sa vie.

"J'ai déjà plus de 80 ans et fort heureusement, je suis en bonne santé", a déclaré le souverain.

"Je m'inquiète de la difficulté à remplir mes fonctions en tant que symbole de l'Etat", a-t-il déclaré dans une de ses rares allocutions télévisées.

D'un naturel discret et contraint par la Constitution à ne pas aborder de sujets politiques, Akihito a toutefois su pousser les limites et laissé entrevoir ses opinions de manière subtile pendant près de trois décennies d'un règne baptisé Heisei ou "accomplissement de la paix".

L'empereur Akihito n'a cependant pas caché sa préoccupation.

Inside Story - What led to ANC's loss?
Races remained too close to call in the country's largest city, Johannesburg , and Tshwane, the metropolitan area of the capital. A shadow cabinet member, for example, was demoted in 2015 after sharing a Facebook post praising apartheid president P.W.

Nous recevons avec sérieux les mots de Sa Majesté l'empereur et nous devons y réfléchir profondément. Les Libéraux démocrates du premier ministre Shinzo Abe viennent d'ailleurs de remporter une belle victoire en obtenant dimanche dernier les deux tiers des sièges du Sénat, ce qui ouvre la voie à une possible révision de la Constitution, note le "New York Times". Dans une vidéo de 10 minutes enregistrée et diffusée à la télévision aux alentours de 15 heures le dimanche 7 août (heure japonaise), Akihito, l'Empereur du Japon s'est adressé aux habitants de l'archipel.

Cette discussion risque de mettre aux prises les tenants d'une extension du système de régence existant et ceux qui accepteraient d'aller plus loin. En clair: l'autorisation donnée au souverain d'abdiquer, passé un certain âge ou selon d'autres critères qu'il restera à définir. Ensuite, son fils le prince Naruhito n'ayant qu'une fille, la princesse Aïko, 14 ans, son arrivée au pouvoir posera forcément la question de la pertinence de la loi salique, note l'agence Reuters. Il doit signer des textes de loi, des traités et autres documents transmis par le gouvernement (un millier l'an passé), assister à de nombreuses réceptions (270 en 2015) ou encore recevoir des chefs d'Etats étrangers. Car la chaîne à l'origine de l'information, NHK, la chaîne publique, est montrée du doigt, notamment par le "Los Angeles Times".

À mots couverts, l'empereur du Japon a annoncé qu'il songeait à abdiquer. Il souhaiterait de son vivant transmettre ses fonctions à son fils, le prince héritier Naruhito.

Si l'état de santé actuel de l'Empereur n'est pas alarmant, il a été malade à plusieurs reprises durant son règne et a subi des traitement pour un cancer et des problèmes cardiaques. En vertu de la loi qui régit aujourd'hui le statut juridique de l'empereur, il n'est pas prévu de mécanisme légal d'abdication. Le Japon n'a pas connu d'abdication depuis 1817.

Se voulant plus proche du peuple, il jouit d'un immense respect de la part d'une majorité de Japonais.

Air France.Vincent Martinez, délégué CGT, dégagé grace à l'aval du ministère !
JO-2016/Dopage: pour Moutko, la suspension des paralympiques russes "dépasse l'entendement"