Le suspect arrêté à Bruxelles n'est pas Najim Laachraoui

Selon le quotidien belge la DH, Najim-Laachraoui-alias-Soufiane-Kayal-potentiel-artificier-des-attentats-777793" class="local_link" >Najim Laachraoui "le troisième homme" aurait été arrêté à Anderlecht, au sud-ouest de Bruxelles.

Le retrait de l'avis de recherche de celui qui a été identifié comme Najim Laachraoui pourrait indirectement confirmé qu'il s'agit bien du second kamikaze et que, étant dès lors mort dans l'attaque qu'il a perpétré avec Ibrahim El Bakraoui à Brussels Airport, il n'est logiquement plus recherché, contrairement au troisième homme.

Son ADN a été retrouvé sur du matériel explosif utilisé le 13 novembre dernier à Paris.

Débat ouvert en France sur une "perpétuité effective"
D'ailleurs, le président du groupe socialiste à l'Assemblée Bruno Le Roux a estimé qu'il s'agissait d'une " peine de mort lente ". A l'issu de cette peine de sûreté, il peut demander des aménagements de peine et être libéré.

Le parquet fédéral belge a annoncé qu'il donnerait une conférence de presse à 13h00. Le mois dernier, il avait été jugé par défaut à Bruxelles dans le procès d'une filière de recrutement de combattants par le groupe armé EI. A priori, Salah Abdeslam avait été chargé de récupérer les deux hommes en Hongrie pour les ramener en Belgique.

"En apprenant sa participation aux attentats, " j'ai été touché et accablé, je ne voulais pas croire que c'était lui", a confié Mourad Laachraoui, en disant " compatir " avec les victimes.

Dans le même temps, Mourad Laachraoui représente la Belgique aux derniers Championnats du monde de Taekwondo disputés en mai 2015 en Russie, remportant la même année une médaille d'argent aux Universiades. Ce sont les termes de Mourad Laachraoui, frère cadet de Najim Laachraoui, un des kamikazes des attentats de Bruxelles. Interrogée, la police a renvoyé au parquet fédéral. Il avait été contrôlé sous la fausse identité de Soufiane Kayal début septembre à la frontière austro-hongroise en compagnie de Salah Abdeslam et de Mohamed Belkaïd, un Algérien de 35 ans abattu par la police à Forest. "Médecine, bordel. Sauver des vies", se désole son ancien camarade, "bouleversé" de voir le nom de Laachraoui qu'il "voyait toutes les semaines" associé aux plus sanglantes attaques menées sur le sol belge depuis 1945 (au moins 31 morts). Ses traces ADN ont aussi été retrouvées dans un appartement de Schaerbeek, où avaient été confectionnées les ceintures d'explosifs des commandos de Paris. Le procureur a requis contre lui quinze ans de prison, principalement pour avoir amené plusieurs de ses amis dans les rangs de l'Etat islamique. "On essaie de ne pas trop s'interroger [sur la radicalisation de Najim], on essaie de tourner la page", a-t-il aussi déclaré, en demandant qu'il ne soit fait "aucun amalgame" avec sa famille. D'abord les médias belges ont avancé que les deux terroristes présumés se sont fait sauter dans l'aéroport puis ont précisé que Brahim s'est occupé de l'aéroport et son frère Khalid de la station de métro.

Deux fugitifs recherchés, l'homme abattu identifié — Fusillade de Bruxelles
La sale soirée de David Luiz